La préparation du raid

Une importante documentation a été réunie, des contacts ont été pris directement en Ethiopie (vive Internet !), des cartes précises ont été trouvées (les fameuses Tactical Pilot Charts de l'armée américaine) et le projet s'est petit à petit mis en place. Les choix définitifs ont été faits.

 

Lieu du raid

cartesud.jpg (34421 octets)Comme l'Ethiopie est un pays extrêmement vaste (1'137'000 km2) et que nous ne disposons que de deux semaines pour notre raid, nous choisissons de découvrir la Vallée du Rift au sud de la capitale Addis Abeba. Cette région semble concentrer tout ce que nous recherchons : une grande variété de paysages superbes, des populations d'ethnies différentes, un réseau de pistes et de routes assez dense, une infrastructure d'hébergement acceptable, des lacs et des parcs naturels nombreux et surtout un relief varié idéal pour la pratique du VTT !

L'ensemble d'AbyssiRaid devrait durer deux semaines minimum entre le départ et le retour en Suisse, avec la possibilité de prolonger le séjour pour ceux qui le désire.

 

Etapes

10 étapes totalisant 600 km de pistes et de routes "asphaltées" sont prévues au départ, d'où un voyages de deux semaines, vols compris, avec un temps d'adaptation de trois jours à Addis Abeba.

AbyssiRaid étant prévu dans un temps limité, il a été nécessaire de fixer des limites dans le choix du trajet. Les étapes ont été planifiées en tenant compte de la chaleur (malgré la douceur du climat sur les hauts-plateaux abyssins, le soleil peut taper fort pendant la journée, surtout au fond de la Vallée du Rift), du relief (nombreuses zones montagneuses et fortes dénivellations), de l'altitude (varie de 1200m à 3000m dans la région prévue), de l'état de fatigue (la fatigue est plus difficile à gérer que chez nous, du fait de l'altitude, du changement de climat, de la nourriture et des étapes), de la nourriture (bien que riche en vitamines, en protéines et en sucres lents, la nourriture éthiopienne amène une certaine lassitude), des rencontres (il est nécessaire d'attacher une grande importance aux rencontres et aux découvertes qui peuvent parfois bouleverser le timing d'une étape), du logement (il est impératif de trouver des conditions d'hébergement satisfaisantes à l'étape) et des imprévus (ennuis mécaniques ou de santé font partie des aléas d'une expédition dans un pays tropical).

 

Accompagnement

Trois accompagnatrices vont nous suivrent dans un véhicule 4x4 conduit par un chauffeur éthiopien. Ce type de véhicule permet d'assurer la logistique, les soins médicaux d'urgence en cas d'accident, la préparation à l'arrivée de l'étape,...

 

Hébergement

La plupart des petites villes traversées ont un ou plusieurs hôtels au standard africain (2 à 3 US$ la nuit, douche dans la chambre ou à l'étage). Plusieurs étapes peuvent se faire dans des hôtels de standard européen. Grâce à la documentation dont nous disposons une sélection est faite. Mais nous verrons que l'hébergement nous a causé les seuls problèmes rencontrés.

 

Equipement

Le raid que nous allons faire est du type léger, avec un minimum d'infrastructure. Le but est d'avoir le nécessaire en cas de coup dur (matériel de réparation, pharmacie, habits de rechange,…) mais en limitant le poids au maximum. Les bikers porteront chacun un petit sac avec appareil photo, caméra vidéo et barres énergétiques. Une sacoche de secours est crochée sous la selle du VTT. Le reste du matériel est rangé dans le véhicule 4x4.

 

nourriture1.jpg (8302 octets)Nourriture

La cuisine éthiopienne est réputée (avec raison) pour être la meilleure d'Afrique noire. La variété des mets et l'abondance des fruits et légumes permettent de manger très équilibré. Cependant les hôtels et restaurants dans les petites villes servent la nourriture traditionnelle qui peut être lassante à la longue. D'où l'intérêt de prendre avec soi barres énergétiques, pâtes de fruits et pourquoi pas quelques sachets de nourriture lyophilisée.

 

Quand meteo.jpg (7009 octets)

La meilleure période pour voyager et découvrir l'Ethiopie, surtout à VTT, est d'octobre à janvier : la température est clémente sur les hauteurs, plutôt fraîche la nuit. AbyssiRaid a donc lieu dans la seconde quinzaine du mois de novembre 1998.

 

Le voyage

Comme aucune compagnie aérienne relie directement la Suisse à Addis Abeba, tant le voyage aller que le retour vont nécessiter une escale intermédiaire. Notre lieu de départ sera Genève-Cointrin pour sa proximité du domicile de la majorité des participants et ses facilités d'embarquement.

La principale difficulté du voyage sera de limiter le poids des bagages au maximum afin de ne pas trop dépasser la charge tolérée !

Comme pour la plupart des voyages aériens, le poids des bagages de soute est limité officiellement à 20 kg. Notre VTT doit être partiellement démonté et empaqueté, il pèse alors entre 12 et 15 kg . La marge pour le reste du matériel reste bien mince ! Plusieurs astuces permettent de remédier à cet inconvénient, mais il faut impérativement se limiter à emporter le minimum nécessaire. Le matériel commun (outils, médicaments,...) doit être partagé entre tous les participants afin de répartir le poids. De plus il faut charger au maximum le bagage de cabine à placer sous ses pieds ou dans le coffre au-dessus des sièges. 10 à 20 kg peuvent être ainsi passés sans contrôle de poids.

 

Le vélo

L'essentiel du poids des bagages est réservé au VTT. Il s'agit donc de trouver un moyen d'emballer son vélo de façon à ce qu'il soit bien protégé des chocs inévitables lors de la manipulation par du personnel d'aéroport tout en étant le plus léger possible. On trouve beaucoup de types d'emballages pour transport de vélos sur le marché, à des prix relativement élevés.

Le plus simple et le plus économique reste le grand paquet en carton ondulé dans lequel les constructeurs livrent les vélos chez les revendeurs locaux. Légers et solides, ces cartons font parfaitement l'affaire pour transporter un VTT partiellement démonté (guidon, pédales, roue avant) et bien emballé dans un matériel de protection léger (plastique à bulles, mousse,...).

 

Santé

Comme dans la plupart des pays tropicaux, un risque latent de maladies ou d'épidémies spécifiques existe en Ethiopie. Mais l'altitude d'une bonne partie de la région qui nous intéresse rend ces risques moins importants (pression barométrique, température la nuit, vent,...).

seringue.jpg (7741 octets)Un certain nombre de vaccins sont nécessaires ou recommandés (fièvre jaune, poliomyélite, tétanos, hépatite A, diphtérie et malaria), mais la majorité des risques potentiels de maladies peuvent être réduits par une hygiène stricte et le respect de certaines règles élémentaires faciles à respecter.

Bien que le système hospitalier éthiopien ne corresponde pas au nôtre, il est certain qu'il vaut largement celui de la plupart des autres pays de la région. Addis Abeba a plusieurs hôpitaux de très bon niveau, alors que les villes de province n'ont souvent qu'un dispensaire ne prodiguant que des soins limités. Le niveau de qualification du personnel soignant est très élevé, mais le budget à disposition pour l'achat de médicaments et de matériel médical est quasi inexistant. D'où la nécessité d'emporter avec nous un ensemble de médicaments et bandages de premiers soins.

 

Le matériel

Les temps où une expédition africaine se composait d'une dizaine de participants et d'une centaine de porteurs sont résolus. Aujourd'hui les moyens de transports, la technicité des vêtements et la course au gain de poids permettent d'emporter un maximum de matériel indispensable dans un minimum de volume. Cela vaut avant tout pour les voyageurs à pied. Mais dès l'instant où un moyen de transport mécanique personnel (VTT) est mis en œuvre, l'infrastructure matérielle à mettre en place est plus importante. Le gain de poids et le volume minimum sont les deux critères principaux pour l'élaboration d'une liste de matériel à emporter lors d'une expédition telle qu'AbyssiRaid.

Une liste de matériel a été établie sur la base de listes recommandées par des voyageurs expérimentés. Elle n'est ni exhaustive ni définitive, mais doit au contraire évoluer au gré de discussions, de conseils et de réflexions.

Le matériel a été partagé en quatre emplacements possibles :

Le matériel personnel concerne tout ce qui est propre au participant et non communautaire. Il appartient à chacun de déterminer ce qui est indispensable et ce qui l'est moins. Le critère principal est le poids.

Le matériel communautaire concerne avant tout la pharmacie, le matériel de rechange et les outils pour la réparation des VTT.

 

Le budget

argent.jpg (8597 octets)L'avantage d'AbyssiRaid (qui est à buts non lucratifs) par rapport aux autres raids organisés par des agences spécialisées est l'absence de coûts administratifs reportés sur les participants. Il est nécessaire de rechercher les meilleures conditions afin de maintenir le budget au plus bas, sans perdre de vue la qualité et la sécurité des prestations. On ne part pas une vingtaine de jours en raid en Ethiopie (pays qui s'ouvre aujourd'hui lentement au tourisme) comme on va à Majorque entre contemporains !

Le budget par personne est de 2'500 francs suisses (env. 10'000 FF), comprenant les vols, les hôtels, les repas et les quelques extras.

 

Le raid de test

Une expédition de quelques jours a été organisée en juin 1998 : le Tour du Grand Combin. Elle a permis aux participants à AbyssiRaid de :

Pourquoi un raid dans les Alpes ? Parce qu'on y retrouve en juin les conditions que l'on rencontre en Ethiopie à mi-novembre : journées chaudes à tempérées, nuits fraîches, altitudes de 1'200 à 3'000 m, hébergements simples, conditions d'hygiène réduites, assistance technique limitée,...

 

La documentation

Une bonne documentation est un préalable qui rend un voyage plus enrichissant. C'est particulièrement le cas pour les pays dont la littérature parle peu parce qu'en dehors des grands courants touristiques actuels. Et l'Ethiopie en est un des exemples phares.

Les références données ci-dessous nous ont permis de bien préparer AbyssiRaid mais sont en aucun cas exclusives.

Les cartes précises et actuelles couvrant l'Ethiopie sont rares. Les meilleures semblent être :

 carte1.JPG (33596 octets)

 

Les guides sont peu nombreux, avec quelques récits de voyages :

guide1.JPG (28832 octets)

 

Internet : parmi la jungle du Web, voici trois bonnes adresses traitant de l'Ethiopie et des voyages dans la Corne de l'Afrique :

Retour vers AbyssiRaid 98

fleche.gif (1078 octets)